Le Blog Culturel

Liens

Inscrivez-vous !

Abonnez-vous gratuitement et recevez régulièrement dans votre boite mail un article ou un bon plan culturel à Paris.

Information

Le 27 sept 2009

Rock

Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Histoire du Rock (2) : le Rock’n'Roll américain des années 50.

Bill Haley

Au début des années 50, les adolescents américains commencent à représenter un marché et ne se reconnaissent pas dans les crooners de l’époque. Bill Haley écoute les radios blanches et noires, et se lance en 1951 avec « Rocket 88 ». Viendra ensuite « Rock Around The Clock » comme nous l’avons vu précédemment. La réelle révolution est surtout sociale. Cette chanson déclenche l’hystérie, les jeunes détruisent des fauteuils dans les cinémas. Le 45t se vend alors à 25 millions d’exemplaires, et fera l’objet de nombreuses critiques par la suite (voix sans saveur, peu de charisme, …). Mais un blanc qui joue et chante comme un noir, c’est nouveau.

Il faut remettre cette chanson dans son contexte. La société d’alors cultive le puritanisme d’une part, et la consommation d’autre part. Les adolescents voulaient une rupture avec le passé. Il fallait du clinquant, et de la provocation. Ils n’attendront plus très longtemps pour trouver leur idole.

Le 5 juillet 1954, un jeune blanc arrive dans les studios Sun de Sam Philips, à Memphis, Tennessee.  Sam Philips, patron des studios sent également le vent venir, et cherche depuis quelques temps un blanc chantant comme un noir. Ce jeune vient enregistrer et faire presser un disque, en exemplaire unique (ça se fait beaucoup à ce moment là), pour l’anniversaire de sa mère. « That’s All Right Mama » est enregistrée, et ce jeune n’est autre qu’Elvis Presley.

L’histoire ne dit pas si cette histoire est une surprise providentielle, ou le fruit d’une recherche de Sam Philips. Elvis Presley va cristalliser sur sa personne les envies de la jeunesse américaine. Il devient un véritable phénomène de société. C’est le début du Rock’n'Roll. 1954.

De nombreux historiens retiendront cette date du 5 juillet 1954 comme l’acte de naissance de la musique Rock.

Elvis Presley

Elvis Presley

Il serait hasardeux de n’évoquer qu’Elvis Presley et Bill Haley pour les années 50. D’autres musiciens vont électriser les jeunesses américaine et anglaise. A commencer par Little Richard qui est noir. Sa voix a une puissance sauvage, mais c’est réellement du chant. Ses paroles évoquent l’amour physique ou la défonce (« j’ai une copine, Peggy Sue, elle sait ce qu’elle a à faire »). C’était un véritable showman au piano, avec ses vêtements fantasques. En 1957, il est rattrapé par son sentiment religieux. Il se range et remettra ça un peu plus tard.

Jerry Lee Lewis était surnommé « The Killer ». Il fait preuve d’une grande virtuosité pour le piano, un instrument qu’il maltraite. Il casse le matériel des hôtels dans lesquels il passe. Il sera contraint à l’exil pour avoir épousé sa propre cousine de 13 ans !

Carl Perkins est surnommé « la Bête », et arborera un vrai look qui plaira à la jeunesse. Eddie Cochran composa de vrais hymnes aux riffs tueurs (« Summertime Blues », « C’Mon Everybody »). Il meurt à 21 ans, en 1960. Gene Vincent a une allure de mauvais garçon, tout de cuir vêtu. C’est l’auteur du célèbre « Be Bop A Lula ». Ce texte a deux fonctions : jouer avec la musicalité de la voix, et galvaniser l’imagination des auditrices par des soupirs.

Chuck Berry, Buddy Holly, Bo Diddley et Gene Vincent méritent également d’être évoqués.

A la fin de la décennie, le scandale des « païolas » survint (pots de vins entre industrie musicale et DJs de radios puissantes). Elvis part à l’armée, Chuck vit des déboires judiciaires, Buddy Holly meurt dans un accident, Little Richard se fait ordonner prêtre… C’est la mort du Rock’n'Roll.

Cette musique qui suscita l’hystérie dans la jeunesse américaine renaîtra sous différentes formes durant les décennies suivantes. Le miracle viendra en premier lieu d’Angleterre.

Pour la petite histoire, Elvis reviendra après son service militaire en Allemagne avec d’autres prétentions, exploité qu’il était par son manager, le Colonel Parker, qui satisferont mieux avec la société américaine puritaine. Il devient un crooner.  Il se « réveillera » en 1968 pour revenir sur le devant de la scène rock, lors d’un show télévisé sur la chaîne NBC. Il est trop tard, mais il regagnera un public et surtout du respect. Il enchaînera alors, à partir de 1969 et ses célèbres concerts de Las Vegas, un marathon ininterrompu de 8 années pleines de concerts sur le territoire américain, pour finir sa vie dans des circonstances tout aussi dramatiques que mystérieuses.

Que retenir d’Elvis Presley ? En quelques semaines de cette fameuse année 1954, il a fait reculer les frontières raciales grâce à la musique, et fut la première vraie grande idole du rock, ce qui préfigure toute l’histoire de cette musique.

Pendant ce temps là, en France, on ne croit pas au Rock, hormis quelques initiés qui fréquentent les bases militaires américaines présentes en Europe (Eddy Mitchell, Dick Rivers). Le premier titre rock sortira en 1957, par un chanteur nomme Henry Cording, sur des paroles de Boris Vian : « Rock’n'Roll Mops ». Ce chanteur n’est autre qu’Henri Salvador, qui fait de ce titre une parodie du rock. Comme beaucoup d’autres, il n’y croit pas. Le Rock’n'Roll va vivre l’espace de quelques mois en France, lors de soirées concerts au « Golf Drouot » (avec les débuts de Johnny Hallyday) à Paris, en 1960 et 1961. Sa résurrection ne viendra véritablement qu’à la fin des années 70.

Les Mousquetaires au Glof Drouot

Les Mousquetaires au Glof Drouot

La société française n’était pas prête pour ça, comme en témoigne l’épisode d’un concert gratuit place de la Nation à Paris, le 22 Juin 1963 (avec Johnny Hallyday). Ce concert se termine en effet par quelques débordements. Ce qui fera dire au Général de Gaulle : « Ces jeunes ont de l’énergie à revendre. Qu’on leur fasse construire des autoroutes. »

4 commentaires

  1. wdfxdgvv
    17 mai 2011

    c’est trop ……………… boffe

  2. pamela
    19 avril 2012

    trop relou votre machin vous pouver faire mieu c’est trop j’orer trop la louse a votre place ;) je lol vous inquiéter pas bref cela ma bien rendu service vous tkt pas oue bon breff bye pamela device je suis unique et surtout trop belle ;

  3. jfiezcfhrbz
    19 avril 2012

    euh twa la avec tes comm a deux balle retourne cher toi va

  4. Non *pasero
    15 juin 2012

    sur la dernier photo se ne sont pas les mousquetaires mais les loups garous au golf drouot

Laisser un commentaire